NAUSÉES ET VOMISSEMENT
L’acupuncture a été connue en obstétrique tout d’abord pour son effet sur les nausées et vomissements, communs au tout début de la grossesse, quand le corps de la femme s’habitue aux changements hormonaux qu’il subit.

[accordian]
Gera [45180]re/di

BELLUOMINI J ET AL
OBSTETRICS AND GYNECOLOGY 1994;84(2):245-8, (eng), ref: 20

OBJECTIVE : To evaluate the effectiveness of acupressure in reducing nausea and vomiting of pregnancy. METHODS : Symptomatic pregnant women were randomized to one of two acupressure groups: one treatment group using an acupressure point (PC-6) and one sham control group using a placebo point. Subjects were blind to the group assignment. Each evening for 10 consecutive days, the subjects completed an assessment scale describing the severity and frequency of symptoms that occurred. Data from the first 3 days were used as pre-treatment scores. Beginning on the morning of the fourth day, each subject used acupressure at her assigned point for 10 minutes four times a day. Data from day 4 were discarded to allow 24 hours for the treatment to take effect. Data from days 5-7 were used to measure treatment effect. RESULTS : Sixty women completed the study. There were no differences between groups in attrition, parity, fetal number, maternal age, gestational age at entry, or pre-treatment nausea and emesis scores. Analysis of variance indicated that both groups improved significantly over time, but that nausea improved significantly more in the treatment group than in the sham control group (F1,58 = 10.4, P = .0021). There were no differences in the severity or frequency of emesis between the groups. There was a significant positive correlation (r = 0.261, P = .044) between maternal age and severity of nausea. CONCLUSIONS : Our results indicate that acupressure at the PC-6 anatomical site is effective in reducing symptoms of nausea but not frequency of vomiting in pregnant women.

Gera [37482] re/di
DE ALOYSIO D ET AL
OBSTETRICS AND GYNECOLOGY 1992;80(5):852-4, (eng), ref: 5

OBJECTIVE: To evaluate the antiemetic effect of acupressure at the Neiguan point. METHODS: Sixty women in early pregnancy were entered into a randomized, double-blind, cross-over, placebo-controlled trial. During a 12-day period, organized in four steps of 3 days each, the women were divided into two homogeneous groups to test the effectiveness of unilateral and bilateral acupressure. RESULTS: Use of acupressure resulted in a significantly lower frequency of morning sickness compared with placebo treatment. More than a 60% positive effect was found with unilateral and bilateral acupressure, compared with an approximately 30% positive effect of placebo acupressure. Changing from unilateral to bilateral pressure on the Neiguan point caused no significant statistical difference. No noteworthy side effects occurred. CONCLUSION: Acupressure on the Neiguan point relieves morning sickness.

Gera [94779] re/di
MURPHY PA
OBSTET GYNECOL 1998;91:149-55, (eng), ref: 36

OBJECTIVE : To review available evidence about the effectiveness of alternative therapies for nausea and vomiting of pregnancy.
Data Sources: MEDLINE and 13 additional US and international data bases were searched in 1996-1997 for papers that described use of alternative medicine in the treatment of pregnancy and pregnancy complications, specifically those addressing nausea, vomiting, and hyperemesis. Bibliographies of retrieved papers were reviewed to identify additional sources. METHODS: All relevant English language clinical research papers were reviewed. Randomized clinical trials addressing specifically the use of nonpharmaceutical and nondietary interventions were chosen for detailed review. RESULTS: Ten randomized trials studying the effects of accupressure, ginger, and pyridoxine on nausea and vomiting of pregnancy were reviewed. Evidence of beneficial effects was found for these three interventions, although the data on accupressure are equivocal. Insufficient evidence was found for the benefits of hypnosis. Other interventions have not been studied. CONCLUSION: There is a dearth of research to support or to refute the efficacy of a number of common remedies for nausea and vomiting of pregnancy. The best-studied alternative remedy is accupressure, which may afford relief to many women; ginger and vitamin B, also may be beneficial.

 

DOULEUR LOMBAIRE
L’acupuncture s’avère une thérapeutique efficace et très intéressante pour les traitements de la dorsalgie, parce qu’elle ne présente pas d’effets secondaires.

Gera [86309] re/di
WEDENBERG K ET AL
ACTA OBSTET GYNECOL SCAND 2000;79(5):331-5, (eng), ref :
BACKGROUND: The aim of this study was to describe the effects of acupuncture in the treatment of low-back and pelvic pain during pregnancy and compare it with physiotherapy. METHODS: Sixty pregnant women were allotted to acupuncture or physiotherapy. The women estimated the severity of their pain using a visual analog scale (VAS) from 0 to 10 and disability in performing twelve common daily activities using a disability-rating index (DRI) from 0 to 10. RESULTS: In the acupuncture group all 30 women completed the study (two exclusions), in the physiotherapy group only 18. Before treatment the two study groups were rather similar with respect to pain and disability. After treatment the mean morning VAS had declined from 3.4 to 0.9 (p<0.01) in the acupuncture group and from 3.7 to 2.3 (NS) in the physiotherapy group. The corresponding evening values had declined from 7.4 to 1.7 (p<0.01) and 6.6 to 4.5 (p<0.01), respectively. The mean VAS values were lower after acupuncture than after physiotherapy both in the morning (p=0.02) and in the evening (p<0.01). After treatment also the mean DRI values had decreased significantly in the acupuncture group for 11 of 12 activities and the values were significantly lower for all activities than in the physiotherapy group where no significant changes had taken place. Overall satisfaction was good in both groups. There were no serious adverse events in any of the patients. CONCLUSIONS: Acupuncture relieved pain and diminished disability in low-back pain during pregnancy better than physiotherapy.

Christian Rempp

Nesheim BI, Kinge R, Berg B, Alfredsson B, Allgot E, Gove G, Johnsen W, Jorsett I, Skei S, et Solberg S. Acupuncture during labor can reduce the use of meperidine: a controlled clinical study. Clinical Journal of Pain 2003;19:187-191.

Résumé
Objectif : Évaluer l’efficacité de l’acupuncture en tant qu’analgésique pendant l’accouchement.
Plan expérimental : Essai contrôlé randomisé (ECR) acupuncture versus absence d’acupuncture.
Cadre de l’expérience : Department of Obstetrics a d Gynecology, Ulleval University Hospital, Oslo, Norvège.
Patientes : 290 parturientes à terme. Inclusions : contractions régulières à terme (37-42 semaines). Exclusions : travail induit, césarienne programmée, patiente souhaitant une péridurale, existence d’indications médicales à péridurale.
Interventions : 198 patientes sont randomisées (programme informatique) en 2 groupes :
1. Groupe acupuncture (n=106) : traitement en fonction du contexte clinique (voir encadré) par une des huit sages-femmes formées à la pratique de l’acupuncture en obstétrique.
2. Groupe sans acupuncture (n=92).
Un troisième groupe sert de groupe contrôle (n =92) apparié au groupe sans acupuncture. À chaque patiente du groupe sans acupuncture est appariée une patiente de même parité et remplissant les mêmes critères d’inclusion ; c’est la première patiente remplissant ces conditions à donner naissance après la patiente du groupe sans acupuncture.
Dans les trois groupes, les autres moyens antalgiques utilisés habituellement dans le service sont utilisés en fonction des besoins : papules d’eau stérile dans la région lombaire, autoadministration d’oxyde nitreux, administration de mépéridine ou encore péridurale.
Principaux critères de jugement :
1. Nombre de patientes avec demande et utilisation de mépéridine ;
2. nombre de patientes avec utilisation de moyens analgésiques (quel que soit le type) ;
3. appréciation globale par la patiente.
Résultats : La mépéridine a été donnée à 11% des femmes du groupe acupuncture, 37% des femmes du groupe sans acupuncture (P < 0.0001), et 29% des femmes du groupe de contrôle. L’usage des autres moyens a également été réduit dans le groupe acupuncture. La satisfaction des patientes a été élevée : 89 des 103 patientes demandèrent à pouvoir bénéficier de l’acupuncture lors d’un prochain accouchement.
Conclusion : L’utilisation de l’acupuncture pendant le travail réduit le recours aux antalgiques et montre un niveau de satisfaction des patientes très élevé.

Commentaires
L’acupuncture est bien connue comme antalgique. Mais son intérêt est grandissant pour l’accouchement. Cette étude est intéressante par sa méthodologie et son contexte.
L’acupuncture était pratiquée par 8 sages-femmes formées à la pratique de l’acupuncture en obstétrique : 3 ont reçu une formation de 108 heures et 5 de 22 heures. Ces mêmes sages-femmes avaient également en charge la conduite de l’accouchement et la responsabilité de la prescription des moyens antalgiques. Cette absence de traitement en aveugle (le prescripteur des antalgiques a connaissance du groupe d’appartenance de la patiente) est bien sûr de nature à constituer un biais important. Pour pallier à ce biais, un troisième groupe de contrôle a été constitué en appariant les patientes du groupe sans acupuncture avec d’autres patientes non randomisées, mais selon une séquence déterminée. Il s’agit d’une méthode de constitution de groupe témoin tout à fait validée.
Les résultats sont quelque peu complexes à étudier dans le détail, compte tenu des combinaisons thérapeutiques qui ont été faites pour respecter les desiderata des patientes et les nécessités de la situation. Malgré cette difficulté, l’étude est probante : la consommation de mépéridine est significativement réduite. Il y a en outre réduction quantitative des autres procédés antalgiques, et régression notable de la durée du travail (coefficient de régression = 0.09, P = 0.003). Quant aux patientes, elles expriment leur grande satisfaction vis-à-vis de l’acupuncture. Tout ceci sans effets secondaires.
La mépéridine (Péthidine®, Dolosal®) est un enképhalinomimétique dérivé de la morphine. Leurs effets principaux et secondaires en sont donc proches. Le Dolosal® a été très utilisé en France pour les dystocies de démarrage, donc surtout les dystocies des primipares, parfois associées au salbutamol, ou encore à l’Atarax®, et ce en alternative à la péridurale. L’accouchement en est rendu rapide, mais on décrit des effets secondaires sur le nouveau- né, en particulier des difficultés respiratoires, des modifications des réflexes de succion qui rendent l’allaitement difficile. Depuis 2001, le Dolosal® n’est plus commercialisé du fait des nombreux abus et mésusages. Actuellement la Péthidine® est toujours d’un emploi courant dans de nombreuses maternités. Les effets secondaires de la mépéridine restent donc un problème d’actualité. Par ailleurs, la péridurale n’est pas sans inconvénient, elle aussi, en particulier selon les substances injectées. L’acupuncture a donc toute sa place lors de l’accouchement, où aucune des autres méthodes antalgiques n’est sans effets secondaires. Cette étude souligne et démontre cette place de l’acupuncture.

 

MENACES D’ACCOUCHEMENT PRÉMATURÉ /MTPT
L’acupuncture s’avère une alternative intéressante sans aucun danger pour les femmes que subissent une MTPT. Elle permet d’arrêter les contractions utérines sans recourir à de la médication.

Gera [2666] me/nd
CHAN TI KIONG J
MÉMOIRE D’ACUPUNCTURE, BORDEAUX II 1994; (fra), ref :
La thérapeutique des Menaces d’Accouchement Prématuré (M.A.P) a fait d’énormes progrès durant ces dernières décennies, elle a contribué à diminuer la prématurité qui est passée de 11% en 1960 à 4 % en 1974. Depuis, ce taux stagne malgré l’usage des bétamétiques, des progestatifs, des cerclages du col. C’est dans le souhait d’améliorer ce résultat que nous nous sommes demandés si l’Acupuncture pourrait apporter une contribution favorable dans le traitement des MTPT/M.A.P.

Gera [82392] cg/di

RINKER MARCON G ET AL
2E CONGRÈS MONDIAL D’ACUPUNCTURE ET MOXIBUSTION, PARIS 1990;:255., (fra), ref :
L’étude vise à mettre en évidence l’intérêt de la piqûre du point Rein-9, chez les patients hospitalisés pour menace d’accouchement prématuré dans le Service de Gynécologie-Obstétrique du Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Nïmes (Prof. Pierre Marès). Cette étude comprend trois temps : À court terme : l’enregistrement des contractions utérines sur monitoring. À moyen ferme : l’évolution du col utérin à une, puis deux semaines après le début de l’hospitalisation, évaluée par le score de Bischop. À long terme : relation avec la date d’accouchement. Le traitement allopathique standard a été administré à la totalité des patientes ; une patiente sur deux a en plus bénéficié de la piqûre du point Rein-9, fait au rythme d’une séance tous les deux jours, jusqu’à leur départ du service. Résultats : – À court terme : diminution ou arrêt des contractions utérines dans les minutes suivant la piqûre du Rein-9, dans un certain nombre de cas, mais souvent de façon peu durable. – À moyen terme : après une semaine d’hospitalisation, le score de Bishop objective une amélioration statistiquement significative dans le groupe traité par le point Rein-9. Cette amélioration n’apparait plus après deux semaines. – À long terme : le nombre de jours gagnés, c’est-à-dire séparant le premier jour d’hospitalisation de la date d’accouchement est supérieur dans le groupe traité par le point Rein-9. Tous ces résultats sont plus nets dans les menaces d’accouchement prématuré dont la date d’apparition est inférieure à 32 semaines d’aménorrhée.

 

DÉCLENCHEMENT
L’acupuncture peux être efficace dans le déclenchement selon une étude faite où le score de Bishop est utilisé comme variable quantitative.

Gera [37396] re/di
TREMEAU ML
J GYNECOL OBSTET BIOL REPROD 1992;21(4):375-80, (fra*), ref: 6
Protocol was carried out on 98 patients who were divided into three groups selected as (one control group, two « placebo » group, and three treated with acupuncture). This protocol showed that it was possible to improve cervical maturation if acupuncture sessions were carried out at the beginning of the 9th month. The Bishop scores in the three groups after 10 days interval show that there was a significant progression of 2.61 points in the group treated with acupuncture as against only 0.89 and 1.08 in the placebo and control groups.
[/fusion_accordion]